Friday, 17 October 2014

Quelques jolies courses locales


La semaine dernière une bonne partie de ma famille était descendu depuis le nord de l’Angleterre et de l'Ecosse pour passer une semaine chez nous en Provence. Du coup, naturellement, je voulais leur faire faire un tour des monts de Vaucluse, derrière chez nous.. et quoi de mieux qu'un petit trail...



L’expérience du trail de St Didier était plutôt un succès pour nous tous : Ma mère finit première V60, ma sœur deuxième et mon-beau-frère 13ème. J'ai pu courir avec mon frère (assez rare) jusqu'au 15ème km où il a commencé à souffrir de crampes aux cuisses (trop habitué à l'herbe et à la boue ?!) et a dû finalement abandonner. Personnellement, même si ma cuisse était bizarre (comme d'hab), je me sentais assez bien, assez frais, et j'ai pu me dégourdir les pattes en fonçant vers une victoire sur un très joli trail à la Provençale.

Le reste de la semaine était remplie de balades à vélo, de bonne bouffe et de Côtes de Ventoux. Bref, comme d'hab.



Une semaine plus tard, la famille repartie au nord, mon fils dégoutté de n'avoir jamais pu participé à une course lui-même, a vécu sa première expérience de compétition à pied lors du trail des Pitchounets aux Traillades ! Et il a foncé aussi ! Rarement vu aussi concentré et sérieux !



Le trail long était sur la même distance que St Didier, mais autrement il n'avait rien à voir avec celui de la semaine d'avant. Je parle du parcours. Et c'est ça qui est bien dans le trail... parfois c'est technique, parfois c'est roulant, parfois c'est plat, parfois c'est raide, etc. Et il semblerait que les pompiers de Cavaillon aiment bien les roches ! Parce que c'est une matière qui ne s'enflamme pas ?



Moi aussi j'aime les cailloux :-) J'aime devoir utiliser les mains et chercher les appuis stables. Nous nous baladons assez souvent dans le Petit Luberon (lieu de la course) car les paysages sont impressionnants, les falaises imposantes. Encore une belle sortie donc, même si ce dimanche je n'avais pas assez la pêche, ni assez de rebond dans ma jambe droite pour pouvoir suivre Bertrand (Brochot) qui m'a devancé de plusieurs minutes.

Prochaine étape, hmm... ?!


Thursday, 18 September 2014

Trail de Beaumes de Venise


Ca faisait un an et demi que je ne m'étais pas aligné au départ d'une course. Ma cuisse droite est toujours étrange, elle me dit que ça ne va pas, personne ne sait toujours pas pourquoi,.. bref, j'en ai bien marre de l'histoire, mais au bout d'un moment j'avais envie de sortir quand même !


Le débat entre organes et jambes :

Mon cœur est en pleine forme, mes poumons ont besoin de respirer, ma jambe gauche a la grosse pêche, et quelques heures de liberté en montagne font toujours beaucoup de bien au cerveau.. donc, décision prise - c'est parti pour un bon trail à la provençale.

TBV et ses côtes de qualité

Quoi un trail avec des crêtes, des falaises et des cordes juste au nord d'Avignon ? Le trail de Beaume-de-Venise dans les Dentelles de Montmirail est assez exceptionel. Tu pars d'une petite ville connue pour son vin, tu zigzagues un peu entre les vignes, puis tu grimpes sur des crêtes assez aiguës et très impressionnantes. Il y a des passages où tu te sens en altitude sur une skyrace italienne, sauf que tu es à seulement 300m d'altitude et que tu est dans le Vaucluse. 

(C) photo UltraMag

Alors y-aura-t'il d'autres courses ? Oui, j’espère. J'espère aussi régler cette jambe pour de vrai, mais entre temps c'est clair que si je peux "faire avec" et garder une bonne forme en mixant le vélo (moins embêtant pour la cuisse) avec deux ou trois sorties à pied par semaine, même si la cuisse me limite un peu, je ferai comme ça. De toute façon ça me semble mieux comme solution que de s’asseoir et d'attendre... Il vaut toujours mieux bouger !

L'édition 2014 en vidéo


Le parcours, en vision movie Suunto

à bientot pour d'autres choses alors !


Thursday, 31 July 2014

what's happening?

Still here?
Still a runner?
Reasonable questions.
Sometimes yes, sometimes no.

My "injury" which kicked off back in around February 2013 is still severely hampering any effort I make at full-on exercise. It started as a fatigue in the quadriceps which required a good hour or more to trigger any problem. Over the weeks and months that followed (Spring 2013) that duration reduced and reduced, to the point where I now feel it straight away. Basically I start running, or get on a bike, and almost immediately my right quad feels weird. Sometimes it's so bad I feel it on short walks, family bike rides, or even on the stairs. With extended use it tightens up a bit and subsequently fails to propel me forward like it should. If I force it a bit or run for a longer distance then it kind of shuts down. So the symptoms are not easy to describe, and the reasons and causes are even more difficult to nail down, or so it would appear. What's also very strange is that it's not always the same quadricep muscle - there are four of them after all. More often than not it's the rectus femoris which complains, but then there are phases when that muscle's been fine and only the vastus medialis and/or the sartorius have had issues. It moves and changes (sometimes from day to day), but there's always a malfunction somewhere in the quad group. And when further forced the tightness usually climbs up the leg and pulls on the psoas region, which has at times been in a a bad way too.

Initially thought of as a vascular complication (eg cyclist's iliac endofibrosis) - I've since had enough vascular imagery and experiments to rule that out: Angioscanner, blood-pressure post exercise... Compartments syndrome was also ruled out through pre and post-exercise MRIs. Then the more recent suggestion of a neural problem - electromyogram, two lumbar cortisone injections (L3/L4, L4/L5).. again, with little or no enlightment or progress to show for it. The latest propositions have been centered around an impingement of the nerve somewhere in between the posas and the intestines. Treating that area ("cleaning out" the guts, loosing 3kg, stomach massages...) doesn't seem to have done much either.

And so the quest continues. I'd be understating it to say I've had enough of seeing doctors and sitting in waiting rooms, but at the same time - believe me I really am damn keen to run again, properly. I guess I could have done, but not for a second have I completely lost hope. At times it has been, and continues to be, very very frustrating, but I'm convinced that at some point sooner or later it'll fix itself. The human body normally does. It's simply being a bit slow about it this time. Just take that brake off my right leg and I will be flying!

Over the last year and a half, sport-wise, I've been through periods of doing very little at all. Rest - see if that works? It doesn't help. So I'm now back to doing a reasonable amount of exercise (as publicly visible on Movescount or on Strava), which is principally made up for my 40 mile round trip to work and back most days of the week. Sadly it's flat :-( That said, I've also zipped it up Ventoux a couple of times on my bike and started collecting up Strava crowns around our house. It's a good motivator that one. Get home and your phone presents you with a collection of golden jewellery, nice :-)

What's next? Who knows? At some point my leg will behave again and as soon as it does I'll be back competing in my running shoes. In the mean time I'll be concentrating on other stuff, not getting too bogged down with the negatives, and enjoying life and living with my young and energy-full family in the Luberon, Provence - a place where a bad weather day on the bike means avoiding (or aiming for) the fruit tree watering systems...




Saturday, 21 December 2013

la douleur de la course n'a rien à voir

Courir ne fait pas mal
Ne pas courir fait très mal

Ce n’est pas utile de passer son temps à être frustré et énervé par une petite blessure à la jambe. Il y a beaucoup plus grave dans la vie. Mais après toute une année dans cet état, ça commence à me frustrer un peu quand même…


Cet été, la majorité du temps, je dirais que je suis resté assez zen, je crois… J'ai oublié le monde de la course à pied et ma vie était orientée sur d'autres choses. Mais un coureur sans jambes, il faut l’occuper ! Tu n'as qu'à demander à ma femme - elle confirmera que les périodes où je ne cours pas sont dangereuses - j'ai besoin de remplir le “trou” par d'autres projets. 2013, une année où je suis blessé, et je finis par nous lancer dans un projet de construction de maison ! Et oui, ça occupe. Il y a des grosses questions, comme le choix de matériaux, chauffage, comment configurer la pièce pour stocker les running shoes !..


Cependant, maintenant, mi décembre, (permis déposé !) et n'ayant pas couru normalement depuis le tout début de 2013, j'ai quand même assez envie de reprendre. Voire beaucoup envie. Mais malheureusement ce n'est pas possible, encore.


Et quand tu penses au nombre de kinés, ostéos, médecins, chirurgiens, spécialistes.. que j’ai vus et que personne n’arrive à mettre la main sur le truc… c’est quand même bizarre, non ? J’ai une jambe qui ne marche pas, les muscles des quadriceps font grève, ils contractent, ils disent, "non".


Je me dis que ca partira tout seul. A chaque fois que je sors faire un petit tour dans les bois, une balade en vélo avec les enfants, je me dis, “peut-être que ca ira aujourd’hui ?”, mais jusqu’à là - non…

Et je peux dire que j’ai testé des tas de remèdes… C’est même ça qui rend le truc encore plus chiant. Quelle perte de temps. Tu peux te masser, t’étirer, faire du gainage, manger sans gluten (!), .. bref, tu peux essayer un tas de trucs si tu veux, mais si tous ces efforts ne t’emmènent nul part .. c’est pas trop la peine de persister et de rendre les choses plus ennuyeuses.


Et pour les avis que j’ai eus. C’est pas clair encore !


Et oui, en 2014, la grande découverte n'était pas un pays ni une montagne, non - elle a été le système de santé français ! Il est plutôt bien, quasiment tout est couvert avec la sécu et une bonne mutuelle (merci mon travail !), mais qu’est-ce qu’il faut remplir comme papiers ! Et qu’est-ce que c’est lent… ! Ou : est-ce que j’ai vraiment un truc si bizarre et difficile, voire impossible à cibler ??.. Je me doute que ce soit vraiment le cas. Quand je vois le nombre d'avis différents que j'ai eus et le manque d'explication tangible (jusqu'à aujourd'hui), je me dis que c’est quand même impressionnant notre manque de compréhension du corps humain… à quand l’App iPhone “guérison” ?

Du coup, la recherche médicale suit son cours, et entre temps,… ben, je vais essayer de rester calme...


Ps. Cette prose n'est pas forcement très drôle, elle est honnête. Je l'ai écrite un soir où j'en avais marre. Je reconnais que j'ai une énorme chance d'avoir plein de bonnes choses dans ma vie. Et je sais que c'est seulement une blessure sportive. Je voulais simplement partager mes sentiments sur cette longue histoire, faire savoir que ça commence à me gonfler un peu aussi, et en même temps clarifier la situation pour ceux qui se demandent ce que je glandouille ces derniers temps !

Finalement, je tiens à remercier tous ceux qui continuent de me soutenir, qui croient encore en ma carrière de sportif, actuellement en pause. Croyez moi, dès que j’aurai à nouveau deux jambes, je serai de retour.

Bonnes fêtes !

Monday, 11 November 2013

What's for breaky?

I've travelled about and seen what some of the world's top long-distance runners eat...


Personally I alternate. With seasons, mood, weather, the quality of local boulangeries and butcher's shops...

Wednesday, 18 September 2013

Saturday, 20 April 2013

Lagnes

un petit croquis du village de Lagnes, où j'habite depuis 1 an maintenant :